Le jury

Bénech

Attiré très tôt par les livres, initié dès son plus jeune âge à la lecture par sa grand-mère, Clément Bénech les dévore jusqu’à son entrée au collège. C’est son autre passion, le basket, qui l’anime du collège au lycée.

Néanmoins, il découvre Modiano l’année de son bac scientifique et ressent alors l’envie d’écrire. Celle-ci se concrétise dans les trois années suivantes avec deux romans, Dialogue autour de l’assiette et Les Sens, des nouvelles et une pièce de théâtre. La découverte d’Eric Chevillard, le meilleur écrivain français à ses yeux, renforce son désir d’écrire.

Un texte de Clément Bénech est alors publié dans la revue Décapage en 2012. Il écrit ensuite deux autres romans : Le Cœur-dague et L’été slovène. Ce dernier attire l’attention de Flammarion qui le publie en mars 2013. L’auteur n’a alors que 21 ans. L’année 2014 s’annonce tout aussi prometteuse : il vient de rendre à son éditrice le manuscrit de son nouveau roman, Lève-toi et charme, qui inclut des photographies.

Butaud

Nadia Butaud a obtenu l’agrégation en juillet 2002 après un DEA de lettres modernes. Pendant dix ans, elle a enseigné dans des lycées de Seine Saint Denis et du Val-de-Marne. En parallèle, elle a traduit de l’anglais plusieurs romans pour la jeunesse (éditions L’École des loisirs).

Avec Marie-Cécile Kovacs, elles ont publié un « essai » sous forme d’abécédaire intitulé Rapports de classe (Éditions de l’Olivier, septembre 2008) sur leurs expériences d’enseignantes en banlieue parisienne. Nadia Butaud a également publié en 2008 une monographie intitulée Patrick Modiano (Culturesfrance-Textuel).

Depuis janvier 2013, elle est éditrice de fiction et de non-fiction aux éditions de La Martinière.

Grozdanovitch

Né en 1946, Denis Grozdanovitch a d’abord commencé une carrière de joueur de tennis. Champion de France junior en 1963, il a ensuite joué en catégorie professionnelle à l’Open de Paris et à Rolland Garros. Il est également passionné de squash, de courte paume et d’échecs, où il s’est plusieurs fois illustré en compétition. Mais, peu attiré par le professionnalisme, il se lance dans l’écriture et publie son premier roman aux éditions José Corti, Petit traité de désinvolture.

Depuis l’âge de 15 ans, ce passionné de sport de raquettes écrivait des notes dans des carnets, notes qui ont inspiré son premier ouvrage. Celui-ci se présente sous la forme de petites chroniques indépendantes où il traite de sujets extrêmement variés : le temps, la vitesse, la désinvolture, le sport, le billard, les halls de gare, ou encore Léautaud et de Nietzsche…

Si les sujets constituent une sorte de mosaïque de pensées, celles-ci se rejoignent dans un même esprit, une même façon de vivre et de voir le présent. Allant volontairement à l’encontre des délires de la modernité, Denis Grozdanovitch frappe et émeut par la façon dont il illustre « la fabuleuse et légère ébriété du présent ». Son livre a été un véritable succès, tant pour la critique que pour le public.

Il a ensuite rédigé dix ouvrages, comme par exemple L’Art difficile de ne presque rien faire ou encoreLa Puissance discrète du hasard, son dernier ouvrage, dans lequel il nous invite à ne pas nous laisser envahir par la rationalité, en mélangeant dans un style très agréable la grande histoire et la simple anecdote. À lire !

Lebeau

Nicolas Lebeau est originaire des terres rimbaldiennes de Charleville Mezières, et nul doute que l’influence de ce génie précoce a positivement contribué à développer, dès son plus jeune âge, son goût pour la poésie. Après un diplôme obtenu à l’ESCP Europe, et des emplois dans plusieurs grands groupes comme Marionnaud, Nicolas Lebeau se consacre à la réalisation d’un projet éditorial : le billet-poème. Guidé par sa passion pour la poésie et une conception de celle-ci comme langage essentiel, qui se doit d’être accessible à tous, les billets-poèmes permettent de diffuser la poésie sous une forme nouvelle et novatrice.

Aujourd’hui, il est directeur général d’Actissa, filiale d’un groupe français de distribution du livre sous toutes ses formes (clubs de livres, librairies générales et universitaires, livres numériques…), auprès du public belge francophone. Il peut ainsi concilier travail et passion au quotidien.

Naos

Alexandre Naos est un auteur grec. Il a d’abord travaillé en psychiatrie, en psychanalyse et en marketing, mais il s’est passionné très tôt pour la littérature et au théâtre. Afin de sortir de son bégaiement, Alexandre Naos lisait à haute voix des ouvrages littéraires. Il a ainsi pu développer un lien à la fois passionnel et thérapeutique avec la littérature.

Son premier livre, Le Clown et la Geisha, publié aux éditions Le Passeur, est le fruit de son histoire personnelle et de la façon dont il a surmonté son bégaiement. C’est l’histoire d’un fonctionnaire qui raconte comment, à la suite d’une série de hasards et de rencontres, il est devenu clown. Ce long monologue dans lequel le lecteur a du mal à discerner ce qui relève du réel et ce qui relève des délires et des fantasmes du personnage, représente pour l’auteur un moyen, selon lui, de « sublimer mes obsessions, mes délires, cette « parole » des autres écrivains inscrite en moi [depuis ma prime jeunesse] ».

Le succès de ce livre est sans nul doute dû à cette écriture si sensible et si personnelle, qui donne à ce roman une vraie authenticité.

Publicités