Le Fantôme de Canterville – Oscar Wilde

 

51C+Q0Du3ML._SX350_BO1,204,203,200_

Le fantôme de Canterville – Oscar Wilde

Si vous avez déjà entendu la moindre histoire de fantôme de votre vie, vous savez comment les choses se passent. Une nouvelle famille arrive, achète une maison et s’installe pour démarrer une nouvelle vie, mais se met à remarquer de drôles de phénomènes… Grincements, objets qui se déplace, tâches de sang qui apparaissent mystérieusement… terrifiant n’est-ce pas ? Je conseillerais à quiconque en possession d’une demeure hantée de s’en défaire au plus vite pour la vendre à la première famille incrédule qui acceptera de l’acheter.

C’est ce que fait Lord Canterville dans la nouvelle d’Oscar Wilde qui nous intéresse ici. Il vend la demeure et le spectre qui l’habite à une riche famille d’américains, qui ne sont pas effrayés par les fantômes. C’est justement cette absence de peur qui fait que cette nouvelle est tout sauf une histoire d’horreur : elle est burlesque, absurde et d’une ironie propre à Oscar Wilde, qui ne se prive pas pour nous glisser autant de jeux de mots qu’il le peut. La famille américaine va persécuter le pauvre fantôme, que l’on en vient à plaindre, l’empêcher de remplir correctement sa tâche et le pousser à la dépression. L’auteur nous donne à voir le spectre comme un acteur, qui mesure le succès de sa performance aux différentes crises d’angoisses qu’il a affligé aux habitants du château durant les siècles précédents. Pour un fantôme comme lui, se retrouver à voler la peinture d’une fillette pour retracer la trace de sang effacée par le détergent, c’est une vraie descente aux enfers.

Vous rirez aux éclats à la lecture de ce livre, non seulement grâce aux jeux de mots qui rappellent constamment le caractère farceur de cette histoire, mais aussi par le tour de force réalisé par Oscar Wilde, qui fait du persécuteur le persécuté. Heureusement, cette histoire se finit bien et le spectre est mis au repos. Une question toutefois reste incertaine : qui faut-il craindre le plus entre une famille d’américains matérialistes et un vénérable spectre?…

 

Critique écrite par Julie

Ce livre vous intéresse? N’hésitez pas à le commander en cliquant juste ici ; vous soutiendrez ainsi notre association! 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s