Hélia Poncet — « Cardinaux Ordinaires »

helia-poncet

  • Peux tu te présenter rapidement ?

Individu de type Vosgienne lambda, âgée de 19 ans, qui respire, étudie (la socio et l’anglais à Nancy), lit, regarde et aime à intervalles réguliers. Entre autres nombreuses choses, comme beaucoup d’autres gens !

  • Raconte-nous ta passion pour l’écriture et la littérature !

Depuis qu’on me l’a appris, je suppose ! C’est vrai que je griffonne depuis longtemps. J’ai grandi avec plus de livres que de Barbies et j’en suis assez reconnaissante. En plus de ma curiosité, j’ai eu aussi des très bonnes profs qui m’ont poussé à aller un peu plus loin que mon affinité particulière avec la littérature, à écrire pour quelqu’un d’autre que moi.
J’ai toujours essayé de garder une place spéciale pour les livres et l’imaginaire, et je suis loin de le regretter. Les livres ont été les premières pierres posées de mon « chez-moi », et la littérature reste une fenêtre ouverte sur d’autres mondes, une vraie bouffée d’air pur nécessaire au quotidien.
Et puis, plus on lit plus on découvre, et plus on découvre plus on s’ouvre à de nouvelles réalités. Plus on apprend à voir l’invisible, aussi.

  • Un roman, un auteur, un personnage favori ?

Difficile. S’il fallait choisir un « roman », ce serait celui, inachevé, d’Aragon. Pour sa cohérence et sa structure, qui le fait sortir des limites seules de la poésie pour raconter une histoire et une vie qui n’est qu’autre que la sienne.
Et, du côté des vivants, mon dernier coup de cœur : Mauvais Genre, une BD posant mots et dessins sur les frontières du genre et les maux de la guerre. L’œuvre est signée Chloée Cruchaudet.
N’oublions pas néanmoins que tout bouge et que ces titres sont ceux d’un moment précis, ont fait suite à d’autres, seront suivis de nouveaux. J’aurais pu également citer certaines œuvres de Bukowski, Teulé ou Schopenhauer qui m’ont marqué ces dernières années. Arrêtez-moi, mais lisez tout !

  • Un genre littéraire préféré ?

Assez logiquement peut être, la poésie. Avec une mention particulière pour son versant surréaliste que j’arpente avec plaisir et pour le travail de Boris Vian.
C’est super la poésie, on peut la lire à tout moment, garder le même recueil quinze ans et en lire chaque jour un nouveau. On peut jouer sur les mots mais avec elle, on joue surtout avec eux, ce qui est encore mieux. Elle peut aussi bien se faire musique qu’image. De plus, elle a cet avantage des formats courts : un symbolisme fort et la possibilité pour le lecteur de travailler à se faire sa propre interprétation du texte.
Néanmoins, je n’en oublie pas les autres genres qui sont autant de sources alimentant un même fleuve : celui de l’art.

  • Une citation qui te tient à cœur ?

« Comme ça exprès par accident ». Quelques mots perdus sans ponctuation qu’il me semblait avoir lu dans Demande à la poussière, de John Fante. Je me suis arrêtée sur ceux-ci et je les ai gravés dans ma tête, peut être imparfaitement. Quoi qu’il en soit, j’aime leur pouvoir synthétique ainsi que les hasards provoqués et les coïncidences pas si accidentelles auxquels cette citation fait référence.

  • Pourquoi as-tu participé au prix ?

J’ai décidé de participer à ce prix avec l’envie de sortir de mes cahiers et de m’investir aussi un peu ailleurs. Je m’y suis donc mise un peu sur un coup de tête, juste pour le plaisir d’écrire autrement, avec plus de contraintes que ce que je me pose habituellement.
C’était donc l’occasion d’écrire avec une visée différente, moins « héliacentrée » et allant plus loin que quelques bribes et vers collectés ci et là. J’avais envie d’évoquer un peu plus d’actualité, et d’approcher au moins un semblant d’universel et l’atemporel.
Ça m’a fait plaisir de vraiment me consacrer à un projet défini, de le voir évoluer et me porter plus loin que ce que je pensais à l’origine !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s