Rouja Lazarova

 

capture-decran-2017-02-09-a-23-36-04

Née à Sofia en 1968, Rouja Lazarova fera partie de la génération déçue par la révolution bulgare de 1989.
Bien que familière avec la langue française (elle étudie dans un lycée français), elle commence à écrire et publier des nouvelles en bulgare, avant de déménager en France en 1989 pour poursuivre des études en Sciences Politiques à l’IEP de Paris.
Elle s’attellera à une carrière journalistique, et écrira des articles de presse en Français. Si elle reste, jusqu’à aujourd’hui, journaliste indépendante, cette fibre journalistique dévoile une réelle préoccupation de l’histoire du XXème siècle, du laboratoire totalitaire qu’a été l’Europe : entre les désenchantements de la révolution bulgare, les fantasmes nourris par la propagande, et la timide passion de liberté, Rouja Lazarova brosse de ses mots sobres et sensibles un tableau du désir discret, de l’étrangeté naïve mais consciente, et du désespoir refusant le nihilisme.
Son écriture, qui se présente sous son appareil le plus simple, saura vous interpeller de sa douce ironie et de son charmant accent. Ses principaux romans sont Sur le bout de la langue (Editions 00h00, 1998), Cœurs croisés (Flammarion, 2000), Frein (Balland, 2004), et Mausolée (Flammarion, 2009).

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s