Une prière pour Owen —John Irving

 

une_priere_pour_owen

Une prière pour Owen — John Irving

« Si je suis condamné à me souvenir d’un garçon à la voix déglinguée, ce n’est ni à cause de sa voix, ni parce qu’il fut l’être le plus petit que j’aie jamais connu, ni même parce qu’il fut l’instrument de la mort de ma mère. C’est à lui que je dois de croire en Dieu ; si je suis chrétien, c’est grâce à Owen Meany. »

C’est ainsi que commence le merveilleux roman de John Ivring. John Wheelwright, le narrateur, évoque avec nostalgie son amitié hors du commun avec ce petit être étrange, Owen. On suit l’enfance de John et d’Owen, un garçon d’un mètre 60 dont la voix grotesque en fait le sujet de constantes plaisanteries. Si Owen se démarque, c’est aussi et surtout par sa conviction d’être l’instrument de Dieu. Owen n’est pourtant pas un illuminé : toutes ses visions se matérialisent. Il voue sa vie à deux tâches : se repentir du mal causé à John ayant malencontreusement tué la mère de celui-ci avec une balle de baseball et sauver le monde.

Avec ce roman, l’auteur aborde à la fois les thèmes de l’amitié, la foi, l’absence de père… Il roman dresse également une critique acerbe de l’interventionnisme militaire américain des années 1950 à 1980 avec des personnages confrontés à la guerre du Vietnam, l’Irangate et le Nicaragua.

Ce roman incontournable émouvant et drôle vous poussera à vos interroger sur vos croyances, vos relations aux autres et il y aura bien des moments où le livre vous poussera aux larmes.

Critique proposée par Juliette

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s