Les sorcières de la république, Chloé Delaume

sorcieres-de-la-republique

 

Résumé   

En France, 2017, les élections présidentielles voient arriver au pouvoir le parti du Cercle, qui a pour objectif de redonner à la femme la place qu’elle mérite dans la société et l’économie. Ce qui s’est passé durant les trois années qui ont suivi, personne ne le sait. En 2020, le peuple français, traumatisé, vote par référendum l’amnésie nationale à 98%. Le jour même, toutes les mémoires sont effacées, les documents officiels détruits, plus aucune trace ne subsiste.

40 ans plus tard, le plus grand procès de l’histoire de France commence. Une des anciennes chefs de ligne du parti du Cercle est retrouvée, elle seule se souvient encore de ce qui s’est produit durant ces trois années maudites. Enfin, elle va raconter ce qui s’est réellement produit. Enfin, la vérité sur cette sombre période de l’histoire va être révélée.

 

Critique 1 – Cathy

 **

Avec Les sorcières de la République, Chloé Delaume nous propose un roman d’anticipation particulièrement cynique. Sous couvert de dénoncer les exactions d’une société tyrannique imaginaire, c’est en fait les défauts de notre société actuelle qui sont mis en évidence. Nous retrouvons ainsi des thèmes assez communs mais d’actualité, comme l’omniprésence des réseaux sociaux et de la téléréalité, qui déforme notre vision du monde et notre moralité en diminuant notre conscience et notre capacité d’empathie.

Mais la vraie singularité de ce livre, c’est le style atypique de Chloé Delaume, dans lequel la narration disparait pour laisser la place au discours et à l’oralité. Ainsi, vous ne trouverez pas un seul passage narratif dans Les sorcières de la République. Toute l’histoire nous est livrée à travers le point de vue des personnages qui la composent et qui nous la transmettent par leurs paroles et leurs dialogues.

Mais, ce style présente également les défauts de tout discours : les digressions trop nombreuses désorientent le lecteur et lui font perdre le fil de l’histoire. De plus, l’inconvénient de n’utiliser que le discours des personnages pour développer l’intrigue, c’est que l’ensemble de l’œuvre reste très peu profond. Nous n’avons jamais accès à l’intériorité des personnages que nous ne découvrons qu’en surface, puisque nous n’avons accès qu’à ce qui se dit, et pas à ce qui est pensé. Le résultat est donc assez mitigé. Si cette œuvre parvient à faire passer un message fort, c’est bien le seul point positif de ce livre dont le fond et la forme sont sacrifiés à cette critique sociale et politique du monde d’aujourd’hui.

 

Critique 2 – Charlotte

 **

Lorsqu’on ouvre ce roman de Chloé Delaume, on pénètre dans un univers des plus étranges et des plus perturbants. En effet, nous sommes en 2062, et le monde est loin de ressembler au futur exceptionnel que nombre d’entre nous imaginent. Bien loin.

Mais revenons en arrière… Entre 2017 et 2020, la France a été le théâtre d’une révolution féminine. Les déesses grecques surgies du Mont Olympe se sont mélangées à la société et ont aidé les Françaises à prendre le pouvoir, détenu jusqu’alors par les hommes. Elles forment le Parti du Cercle et imposent leurs règles, leurs idées, leurs volontés, au grand dam de la société française. La France s’apprête à payer cher cette politique. Mais à quel point ? Cela, le lecteur l’ignore encore au début du roman. Confrontés à une dramatique histoire, les Français ont voté le Grand Blanc en 2020, une amnésie collective de ces années noires, 2017-2020. Qu’a-t-il bien pu se passer de si tragique, de si traumatisant, pendant ces trois années, pour que le public français préfère rayer entièrement cette page de son histoire ?

L’incompréhension est à son comble. Voilà le lecteur projeté, via une adroite introduction in medias res, dans ce le fameux Stade de France, qui en 2062, abrite en fait le Tribunal du Grand Paris. Il assiste en direct au procès de la Sybille, une prophétesse de la révolution des femmes. Pendu à ses lèvres, il reçoit chaque parole avec un nouveau choc. Au fil des pages, au fil du procès, au fil des révélations faites par la Sybille, se dévoile peu à peu la réalité de ces trois années des plus spéciales.

Je vous avouerais que je n’ai pas particulièrement aimé ce roman. Certes, l’écriture est fluide, la présentation des évènements intéressante puisque nous découvrons les faits en «Live». Néanmoins, je n’ai pas réussi à me fondre dans le décor, à réellement participer à ce procès. Je tiens cependant à préciser que la science-fiction n’a jamais été mon genre favori. Cela peut donc expliquer ma non-appréciation de ce roman. Alors, ne le rayez pas de votre TBR-list. Qui sait, peut-être que vous tomberez sous le charme de la Sybille ?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s