Il est difficile d’être un dieu, Arcadi et Boris Strougatski

Critique par Cathy

Dans un avenir lointain, la Terre est parvenue à instaurer une démocratie planétaire. Les sciences sont reines, et chaque citoyen possède les mêmes droits, a accès à une éducation complète et participe activement au fonctionnement de la société. Tout est parfait. Les historiens gouvernementaux possèdent une place à part dans cette société. Reconnus par tous, ils ont pour but d’étudier comment les sociétés évoluent pour parvenir à cet état, qui leur apparait comme la finalité du développement social.

Pour cela, ils voyagent sur les autres planètes habitées de la galaxie, pour y étudier les sociétés locales. Comme tout chercheur menant une expérience, leur règle première est de ne jamais intervenir dans le développement d’un autre monde. Rumata, jeune historien, est envoyé sur la planète Arkanar, dictature extrêmement violente, où les intellectuels sont persécutés. Témoin d’horreurs inimaginables, Rumata va commencer à douter du bien-fondé de la non-intervention des siens, face aux exactions de tels tyrans.

 

Il est difficile d’être un dieu a été écrit par les deux frères Strougatski en 1964, en pleine union soviétique. À la fois témoins et victimes du régime communiste, ils ont voulu dénoncer les abus et les crimes commis par leur gouvernement. Mais, face à la menace de la censure, alors extrêmement puissante, ils ont eu l’idée d’utiliser la science-fiction naissante pour dissimuler leur critique.

Ainsi, nous retrouvons dans le royaume d’Arkandar les caractéristiques principales du régime soviétique : la tyrannie d’un gouvernement qui embrigade la jeunesse et fait taire les intellectuels, afin de supprimer les critiques potentielles qui pourraient lui être adressées. C’est un portrait social et politique qu’ils nous dressent, avec ses contradictions économiques et l’évidence qu’un tel système ne peut être pérennisé sans courir à la catastrophe.

Mais loin de se contenter de faire un simple état des lieux, Arcadi et Boris Strougatski font preuve d’un véritable sens critique. Contrairement à grand nombre des intellectuels russes de l’époque, ils ont aussi su remettre en question les politiques occidentales. Ainsi, à travers le personnage de Rumata et de ses hésitations, c’est une réflexion philosophique qui se développe et qui interroge les devoirs des sociétés démocratiques face aux crimes commis par des dictatures étrangères.

Existe-t-il un devoir d’intervention, pour protéger les populations des exactions de leurs gouvernements, ou au contraire, une telle ingérence est-elle condamnable ? Qu’est-ce qui doit primer dans de telles situations : le droit des peuples à décider d’eux-mêmes de leur avenir, ou celui des états à défendre les droits de l’homme ?

Mais loin de s’arrêter là, cette réflexion est poussée encore plus loin. Car, malgré l’interdiction inébranlable qui est imposée à Rumata, son obéissance est aussi remise en question. Est-il possible d’assister à un massacre, de savoir qu’on pourrait l’empêcher, et de se forcer malgré tout à le laisser se produire ?

 

Ce sont toutes ces questions qui mènent le déroulement de cette œuvre qui mêle philosophie et littérature. Car le message que cherchent à faire passer les auteurs n’est pas le seul atout d’Il est difficile d’être un dieu. En effet, c’est également une œuvre de science-fiction à part entière, qui égale tous les classiques du genre. Ainsi, ce roman a connu un succès planétaire, et possède encore aujourd’hui une grande renommée dans le monde de l’Imaginaire.

En effet, Arcadi et Boris Strougatski sont les auteurs de science-fiction russes les plus connus dans le monde, et leurs œuvres ont fait l’objet de nombreuses adaptations au cinéma. Il est difficile d’être un dieu est ainsi considéré comme un chef-d’œuvre de la science-fiction, de par sa qualité littéraire mais également par son message universel et encore très actuel.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s