Pour les grands explorateurs

Vous avez envie d’offrir de l’évasion, de l’exotisme et une belle expérience ? Pas besoin de vous ruiner en billets d’avion, voici nos suggestions pour emmener vos proches dans les plus beaux voyages…

Cent ans de solitude

A Macando, petit village mythique isolé d’Amérique latine, en réparation de l’union incestueuse entre les cousins José Arcadio et Ursula et du meurtre d’un prophète, un gitan condamne la famille Buendia à « cent ans de solitude » et annonce la naissance d’un enfant à queue de cochon… L’auteur narre l’histoire de cette famille sur plusieurs générations dans un village colombien éloigné nommé Macondo depuis sa fondation jusqu’à sa disparition.

Ce roman de Gabriel Garcia Marquez, prix Nobel de la littérature en 1982, nous plonge au cœur d’un univers déconnecté du temps quelque part dans une Colombie imaginaire où se mêlent merveilleux et réalisme. L’auteur parvient à faire une synthèse saisissante du destin de la Colombie rongée par les conflits, les guerres civiles et meurtres ; il dénonce l’illusion du progrès technique et évoque la période coloniale. Pourtant, ce roman n’a rien d’un roman historique ou moralisateur. L’invraisemblable semble couler sous le sens. Les évènements surnaturels parsèment le roman que ce soit les inventions folles de Melquiades, la présence de fantômes ou de gitans qui se déplacent en tapis volant. Tout s’enchevêtre, se crée et se disloque constamment : les prénoms reviennent de générations en générations, certains personnages semblent vivre éternellement, tout se mélange au point que l’on ne sait plus qui les personnages sont les uns par rapport aux autres, jusqu’à ce qu’inévitablement cela provoque la perte de la famille.

C’est un roman plein de couleurs et d’images qui plaira aux rêveurs. Ils se laisseront entrainer dans un monde atypiques d’une très grande poésie !

Achetez-le en librairie ou sur internet, ici par exemple.

Extravagant voyage

Vous vous souvenez peut-être du film, mais c’est bien le livre que nous vous conseillons d’offrir ! Grand explorateur, TS Spivet l’est par le trajet parcouru et par l’esprit à défaut de l’être par l’âge ou la taille. Ce petit garçon, fils d’un fermier et d’une scientifique qui s’avèrera pleine de surprises, est un as de la cartographie et remporte malgré lui le prestigieux prix Baird du Smithsonian. Problème, personne ne sait qu’il n’a que treize ans. Il aurait pu se défiler ou oublier ce prix, mais il décide de prendre la route à la manière des hobos et traverse les États-Unis, de son Montana natal jusqu’à Washington.

Ce livre est avant tout celui d’un incroyable voyage initiatique où TS se heurte finalement au monde qu’il scrutait pour ses cartes. Au rythme du récit, mais aussi des très beaux croquis et des anecdotes griffonnées dans les marges, le lecteur s’attache à ce personnage au grand cœur, dont le regard toujours neuf et curieux est plein de poésie. Comme le laisse deviner le format de cahier d’écolier, l’histoire bouillonne et part dans de nombreuses directions : le passé romanesque d’une ancêtre, l’histoire proche marquée par le décès d’un frère, le voyage et l’arrivée.

Un livre magnifique à offrir d’urgence à tous ceux qui ont su garder un regard neuf sur le monde… ou à ceux qui auraient aimé !
Achetez-le en librairie ou sur internet, ici par exemple.
Il était une ville
Attachez vos ceintures, nous décollons à Detroit, capitale américaine, si ce n’est mondiale, de la voiture et haut-lieu industriel nord-américain. Désormais ouvrez vos yeux, c’est la crise et la ville tombe en ruine, les gangs font dicter leur loi et les pauvres employés envoyés sur place le sont presque par punition. Suite à ce constat terrible sur le Detroit post 2008, qui ne se remet pas (et ne se remettra surement jamais) de la Crise, nous souhaitons tout de même explorer les lieux. Vivre la vie de ces pauvres gens qui ne savent plus trop quoi faire. Eugène, l’ingénieur envoyé à Detroit par défaut, Charlie et sa grand-mère Gloria qui essaient de vivre une vie paisible malgré la situation sociale difficile… Tous ces personnages sont attachants et le roman ne nous fait pas tomber dans une déprime qui serait pourtant de circonstance. On est à la fois dans un cynisme morbide et une forme d’espoir sur la vie dans un contexte si difficile. La plume de Reverdy est aussi fascinante, on est embarqué dans Detroit. On découvre une ville morte mais toujours vivante. Chaque détail est pesé, plaisant et cohérent. Pour découvrir tant un territoire perdu qu’une grande fresque de personnages si humains, ce roman saura vous transporter très loin.
Achetez-le en librairie ou sur internet, ici par exemple.
La nuit de feu

A vingt-huit ans, pour réaliser un film sur Charles de Foucauld, Eric-Emmanuel Schmitt part en randonnée au cœur du grand sud-algérien. Quittant Tamanrasset, univers urbain, il est confronté à l’angoisse de l’infini et du vide, à l’abandon de repère dans un désert immense. Lors de cette expédition, il s’égare du groupe. Privé d’eau et de vivres pendant toute une nuit glaciale, l’auteur décrit pourtant celle-ci comme la plus belle de sa vie : il est entré dans le désert athée, il en ressortira croyant.

Ce roman donne envie de prendre son sac à dos et de partir marcher dans le Sahara en laissant derrière soi pour un moment toutes les contraintes de la vie quotidienne. Les paysages du désert et les sensations, qu’éprouvent l’auteur durant sa marche, sont saisissants et donnent l’impression au lecteur d’avoir fait le voyage avec lui. Les personnages du roman sont d’une grande richesse : on y rencontre le géologue, l’astrologue scientiste, la professeur de mathématiques très catholique, qui donnent lieu à des discussions philosophiques sur l’existence de Dieu. Le personnage le plus attachant demeure celle du guide touareg, Abayghur. L’auteur et lui ne se comprennent pas, mais il se tisse entre eux une véritable complicité.

C’est un livre touchant d’un style épuré propice à laisser planer l’imagination au cœur du désert. Ce livre plaira sans aucun doute aux rêveurs en quête de paix et de spiritualité ou aux amoureux du désert !

Achetez-le en librairie ou sur internet, ici par exemple.

L'usage du monde

Un défi, un désir, une équipée. A 24 ans, Nicolas Bouvier, jeune homme de lettres suisse, s’embarque avec son meilleur ami Thierry Vernet à bord d’une Fiat Topolino pour parcourir l’Europe et l’Asie, de la Suisse à l’Afghanistan, en passant par les Balkans, l’Anatolie, l’Iran. Ce voyage audacieux est l’occasion pour eux de céder à leur envie d’évasion, mais aussi de dépasser leur vision européo-centrée et de se confronter aux aléas d’une existence brute. Des rencontres pleines d’humour et d’authenticité émaillent ce récit qui ne dissimule pas pour autant les moments plus délicats, entre problèmes financiers et solitude existentielle.  Mais ce qui fait l’âme de ce récit pionnier, c’est la plume de Nicolas Bouvier, qui rend chaque paysage poétique et rend inoubliable le plus insignifiant des personnages. Tour à tour conteur, poète, et philosophe, Bouvier expérimente enfin dans ce récit le sens du voyage, point de départ vers un retour à soi qui n’a rien de définitif.

Achetez-le en librairie ou sur internet, ici par exemple.

Sur la route

Si vous avez toujours eu envie de traverser l’Amérique en voiture déglinguée avec une bande de copains survoltés, ce livre est pour vous.  Ainsi, lorsque Jack Kerouac rencontre Neal Cassady – rebaptisé Dean Moriarty dans son roman – il ne se doute pas qu’il entre dans une nouvelle étape de sa vie, faite de périples sans fin, de trip hallucinés, et de béantes nuits d’ivresse. Dans ce livre culte, le précurseur de la Beat Generation expose non seulement le récit d’un voyage sans limites, mais aussi une vision non-conformiste et idéaliste de la société. Loin d’être une succession d’images vaines, Sur la route n’épargne pas le côté sordide de ce rêve absolutiste,  notamment lorsque le héros se trouve confronté à des désillusions qui rendent amers l’amour, l’amitié, et la solidarité. A mes yeux, Sur la Route est un roman magistral parce qu’il oscille en permanence entre la grâce de la découverte et la cruauté de la solitude.

Achetez-le en librairie ou sur internet, ici par exemple.

Livres conseillés par Juliette, Maïté, Grégoire et Hana.

Advertisements