Critique – Le Roman du mariage (Jeffrey Eugenides)

images

Dix ans après avoir reçu le prix Pulitzer pour son roman Middlesex, l’auteur américain Jeffrey Eugenides revient avec un nouvel ouvrage, Le roman du mariage, qui nous transporte dans l’univers de la prestigieuse université américaine de Brown au tout début des années 80, et ce à travers le regard de trois étudiants brillants mais perdus lorsqu’il s’agit de sentiments et de transition vers la vie d’adulte.

Plus précisément, le roman s’ouvre sur la figure de Madeleine Hana, étudiante rêveuse et romantique, passionnée de littérature victorienne, se bornant à affronter la vie avec les théories qu’elle trouve dans les romans et autres œuvres philosophiques. Toutefois, ces théories ne seront que peu d’utilité face aux deux figures masculines du roman. D’un côté, Mitchell Grammaticus, maladroit et solitaire, passionné de théologie, cultivant l’ambiguïté avec son amie Madeleine dont il est éperdument amoureux. De l’autre, Leonard Bankhead, personnage en apparence sûr de lui, enchaînant les conquêtes amoureuses, mais en réalité en proie à des tendances maniaco-dépressives. Madeleine va donc, sans surprise, être confrontée au dilemme inhérent à tout triangle amoureux.

En l’apparence construit sur une trame simpliste utilisée maintes fois par des écrivains ou scénaristes de comédies romantiques, le roman de Jeffrey Eugenides est en réalité un roman offrant une véritable analyse et très finement construit. En effet, sous l’appellation trompeuse de « roman du mariage », Jeffrey Eugenides se livre en fait à une véritable déconstruction des idéaux des personnages en ce qui concerne leurs sentiments amoureux. Par l’intermédiaire d’une analyse toujours juste du ressenti des personnages, l’auteur délivre ici le récit d’un mariage en délitement, qui n’apporte que frustrations et désillusions aux personnages concernés.

Cependant, la vraie force de ce roman réside dans le fait qu’il se meut au fil de l’histoire en un roman d’apprentissage. En effet, grâce à une écriture tout en relief enchaînant ellipses temporelles et alternance des points de vue, Jeffrey Eugenides accorde une véritable profondeur psychologique à des personnages qui, au premier abord, auraient pu paraître quelque peu schématiques au lecteur. Il parvient à nous offrir de ce fait un panorama des plus détaillés des difficultés qu’implique la transition vers l’âge adulte pour des personnages encore à la poursuite de leurs idéaux de jeunes étudiants insouciants, si bien que l’évolution des personnages nous tient en haleine jusqu’au bout.

Ainsi, Le roman du mariage est sans conteste un roman de grande qualité, offrant au fil des pages une perspective de plus en plus réaliste de l’évolution psychologique de personnages à une période charnière de leur vie.

Lisa Labrouve.

Publicités