Critique – Sherlock Holmes, Une Étude en Rouge (Arthur Conan Doyle)

stud-00

On ne présente plus, aujourd’hui, le grand Sherlock Holmes, détective de légende. Mais connaissez-vous vraiment ce personnage ? Après de nombreuses adaptations, on se perd un peu dans les différentes interprétations qu’on a pu en faire, et c’est donc à un retour aux sources que je vous invite, en vous (re)présentant l’original, et certainement l’unique Sherlock Holmes, celui de son créateur, Arthur Conan Doyle.

C’est dans ce premier tome que l’auteur nous présente pour la première fois son personnage si atypique. Nous le découvrons à travers le journal du professeur Watson, qui nous livre un point de vue à la fois personnel et analytique sur le phénomène qu’est Sherlock Holmes. Nous rencontrons alors un caractère particulièrement mordant, mais très fin, ce que nous réalisons lorsqu’il daigne enfin nous exposer ses raisonnements et stratagèmes. Parfois cinglant et condescendant, Sherlock reste malgré tout un personnage très attachant, qui dévoile peu à peu certaines faiblesses qui le rendent plus humain.

Alors, dans ce livre, Arthur Conan Doyle nous fait la démonstration de son talent d’auteur, qui a permis à son œuvre de demeurer une des plus connues, et probablement des plus reprises. Il propose un livre qui possède tout ce qu’on peut rechercher. Le cadre de l’Angleterre victorienne présente déjà des aspects très intéressants, dont tire profit l’auteur. En effet, par son caractère si décalé, Sherlock Holmes n’est que peu conscient des divergences sociales, ce qui nous les fait ressentir encore davantage. C’est un véritable portrait de société que nous propose Doyle.

De plus, l’intrigue elle-même est rondement menée, d’une manière tout à fait différente des intrigues policières habituelles. Au lieu de nous livrer un à un les indices qui permettent d’arriver à la solution, c’est un tableau d’ensemble qu’il nous brosse, dans lequel tous les éléments sont déjà présents. Il ne nous reste donc plus qu’à les retrouver et à les remettre en place, comme Sherlock Holmes le fera pour la majorité d’entre nous qui n’y parviendra pas. Mais surtout, l’intérêt de cette intrigue est qu’elle n’est pas gratuite. Elle s’inscrit dans de réels questionnements de société, ce qui lui donne une ampleur particulière.

Enfin, Arthur Conan Doyle nous offre une galerie de personnages particulièrement intéressants. Loin de se contenter d’un personnage principal déjà très élaboré et piquant, il travaille aussi la personnalité de ses personnages secondaires qui, s’ils ne sont pas très nombreux, ont tous un caractère qui leur est propre et qui s’épanouit et se révèle au fil de l’histoire. On peut ainsi découvrir deux inspecteurs dont l’incapacité les rend aussi ridicules qu’attachants, un homme prêt à tout pour venger sa bien aimée ou encore un père qui accepte de tout sacrifier pour sa fille.

Ce livre ne se résume donc pas à une simple enquête policière, il nous offre en plus de cette intrigue une véritable tragédie amoureuse et de magnifiques passages comiques, voire même burlesques. C’est donc avec plaisir que vous reviendrez aux origines de ce personnage culte, dont l’histoire est magnifiée par le style à la fois simple et extrêmement fluide de son auteur, dont l’imagination et le talent ne sont plus à démontrer.

Cathy Bernadac

Publicités