Critique – L’Amour en théorie (Levy)

L AMOUR EN THEORIE.indd

Premier recueil de nouvelles de la romancière E.J. Levy salué par la critique, L’amour en théorie nous plonge dans l’univers de dix héros ordinaires à la fois drôles et touchants, maladroits comme personne lorsqu’il s’agit de parler d’amour.

En effet, E.J. Levy nous présente ici des personnages bien éloignés des héros typiques des comédies romantiques ou autres romans de « chick lit » ; ceux-ci sont pour la plupart ce qu’on appellerait des « intellos », bien plus habitués à écumer les bibliothèques qu’à enchaîner les conquêtes, ou tout simplement des cérébraux qui aiment s’armer de théories pour affronter la vie qu’ils ne voient que par le prisme de la rationalité. Or, entre la théorie et la pratique, il y a un gouffre. C’est ce que vont apprendre à leurs dépens les personnages d’E.J. Levy, désarçonnés par ce sentiment amoureux qui a la fâcheuse tendance de défier toute logique, toute théorie préétablie et de bousculer les illusions les plus profondes. Nous voilà dès lors oscillant, au fil des pages, entre regards moqueurs et émus face à ces personnages déconcertés par l’absurdité de leur vie amoureuse. De  Renée, jeune femme désespérée cherchant le réconfort dans les bras d’un chauffeur de bus après que son compagnon l’a quittée pour rejoindre un ashram, en passant par Richard cherchant, en multipliant les infidélités, à s’extirper d’une relation devenue plus que platonique avec son compagnon ou encore par Lisa, quittée par son mari qui avait une liaison avec l’une de ses étudiantes, E.J. Levy nous présente une longue série de personnages désespérés par l’amour.

Au-delà de ces quelques exemples, les dix histoires présentées par E.J. Levy constituent un ensemble à la fois drôle et attachant. L’auteure parvient en effet à construire un récit ponctué de touches comiques bien senties ; la maladresse des personnages et les situations incongrues dans lesquelles ils se trouvent parviennent à faire sourire le lecteur plus d’une fois. Néanmoins, outre cette légèreté apparente du récit, la force et l’efficacité de celui-ci résident dans la capacité de l’auteure à insuffler une véritable profondeur psychologique à ses personnages. L’exploration du sentiment amoureux et de la passion vient constituer le fil conducteur du récit grâce à la plume efficace d’E.J. Levy qui parvient à retranscrire d’une manière très juste les difficultés et autres désillusions de ses personnages, si bien que l’empathie pour ceux-ci est immédiate et que l’on ressort touchés de cette lecture.

En somme, le pari semble réussi pour E.J. Levy ; ses dix nouvelles se complètent et constituent un ensemble cohérent alliant profondeur et légèreté, tout en évitant les clichés auxquels on pourrait s’attendre lorsqu’il s’agit de parler d’amour.

Lisa Labrouve

Advertisements